Vous êtes ici

Recherche du virus de Borna en France

Muriel COULPIER (1) et Pierre TRITZ (2)

La maladie de Borna est une maladie rare affectant principalement les chevaux. Il s’agit d’une méningo-encéphalite d’origine virale. Dans sa phase initiale, elle se traduit par une fièvre qui prend fin avant le début des signes neurologiques. Chaque animal peut manifester des signes cliniques particuliers, mais généralement des troubles de la mobilité comme de l’ataxie, une posture anormale, une déviation de la tête et du cou, des anomalies de la sensibilité (hyper ou hypo-esthésie) et du comportement comme une baisse de vigilance, de la stupeur, des activités motrices répétées (mâchonnements, self-auscultation), des crises de type épileptiformes ou convulsives sont observés. La maladie est endémique en Europe Centrale mais des infections à virus de Borna (BDV) ont aussi été identifiées dans de nombreux autres pays illustrant ainsi une distribution mondiale. En France, les travaux du laboratoire de santé animale de l’ANSES à Maisons-Alfort (Drs G. Dauphin et S. Zientara) ont révélé la présence du virus chez des chevaux asymptomatiques ou présentant des troubles neurologiques ainsi que chez des bovins et des renards. Ces résultats n’ont cependant jamais été confirmés par d’autres laboratoires. En raison de la biologie même du virus (peu de production d’anticorps, durée de la virémie inconnue, faible titre viral, organe cible - le cerveau - peu accessible) le diagnostic de l’infection par le virus de Borna est particulièrement difficile ; l’utilisation de techniques très sensibles risquant de générer des faux positifs et la sérologie n’étant pas toujours informative. De plus, la détection du virus dans le sang, bien qu’ayant été réalisée par plusieurs équipes, est très controversée. Dans ce contexte, il est important d’apporter de nouvelles preuves de la présence du virus de Borna en France. De nouvelles approches ont donc été développées permettant 1/ de révéler la présence du virus sans risque de faux-positifs (détection des ARN viraux par RT-PCR en temps réel dans un laboratoire « BDV-free » à partir de tissu nerveux) et 2/ de confirmer le diagnostic par des tests supplémentaires (détection des protéines virales par immuno-marquage sur coupes de cerveau en paraffine, détection des ARN viraux par RT-PCR en temps réel à partir de tissu nerveux enrobé en paraffine). Une grande difficulté du diagnostic des infections à virus de Borna réside dans le fait que l’organe cible du virus est le cerveau, organe peu adapté à un prélèvement de terrain nécessitant la mort de l’animal. En plus du cerveau, du virus a été isolé à partir de la rétine. La rétine offre donc une alternative intéressante, le prélèvement sur le terrain sur animal euthanasié étant plus facile à réaliser. Les mêmes techniques que décrites précédemment peuvent être utilisées ; elles nécessitent un prélèvement protégeant les ARN viraux (tissu conservé dans un bain de RNA later*) ou fixant les tissus (tissus conservés en formol).

Bien que déjà mis en évidence en France, le virus de Borna est encore peu connu dans notre pays. Il pourrait cependant être responsable d’une partie des pathologies nerveuses chez le cheval puisque 60% de ces troubles ne font pas l’objet d’un diagnostic étiologique à ce jour. De plus, le risque que le virus de Borna puisse affecter l’homme et être lié à des maladies mentales renforce la nécessité de mieux connaître le statut épidémiologique de ce virus en France. A cette fin, il est essentiel que les vétérinaires sentinelles du RESPE identifient les suspicions de cette maladie et assurent la collecte des prélèvements adéquats.

*RNA later : solution permettant la non dégradation des ARN

Les prélèvements :

- Sang sur tube EDTA pour PCR (animal en phase clinique)
Laboratoire d’analyse : UMR1161 AFSSA-Alfort ; délai réponse : 4 semaines

- Sang sur tube sec pour sérologie. La sérologie ne sera effectuée que si une réponse positive a été obtenue par PCR.
Laboratoire d’analyse : UMR1161 AFSSA-Alfort

- Organes en cas d'autopsie : recherche de Borna par PCR et analyse immuno-histochimique. L’analyse immuno-histochimique ne sera faite qu’en cas de réponse positive par PCR. Les vétérinaires sentinelles susceptibles de faire ces prélèvements doivent se mettre en contact avec M. Coulpier  (mcoulpier@vet-alfort.fr). Il leur sera envoyer des tubes de RNA later pour la conservation des tissus prélevés (cerveau et rétine)
Laboratoire d’analyse : UMR1161 AFSSA-Alfort ; délai réponse pour la PCR : 4-6 semaines

Références :

- Carbone, K.M., S.A .Rubin, Y. Nishino, and M.V. Pletnikov. 2001. Borna disease: virus-induced neurobehavioral disease pathogenesis. Curr Opin Microbiol 4:467-475.

- Chalmers, R.M., D.R. Thomas, and R.L .Salmon. 2005. Borna disease virus and the evidence for human pathogenicity: a systematic review. QJM 98:255-274.

(1) UMR1161 ENVA, INRA, ANSES, Ecole Vétérinaire de Maisons-Alfort
(2) Clinique vétérinaire de Faulquemont